In Psycho-kwak on
8 octobre 2017

Psycho-kwak (3): s’assumer ?

disclaimer: je ne suis pas psychologue, c’est un sujet qui m’intéresse et que j’étudie. Je ne pense pas avoir la science infuse et tout savoir.

Salut, salut! Je reviens avec un article où je vais vous parler de l’acceptation de soi. Ou comment essayer de s’assumer un peu et le positif que ça amène. Ainsi que mon expérience personnelle aussi. Je pense qu’on est tous plus ou moins passé par là, ou on est encore dedans.

Pour ma part pendant très très longtemps, j’ai voulu être comme les autres, penser comme eux, aimer les mêmes choses, dans l’espoir d’être acceptée et appréciée de tous. GRAVE ERREUR !

Disons que pour moi à ce moment là, ce qu’y était « cool », c’était l’image du lycéen ou de l’étudiant « rebelle » qui sort beaucoup toutes les week-ends et qui boit à en perdre la tête. Qu’être cool, c’était forcément écouter e l’électro en permanence. Bref, je pense que vous voyez ce que je veux dire.

C’est vrai que quand on est jeune, on aimerait avoir plein d’amis. Mais finalement avec les années et l’âge , je me suis rendu compte que plus tu es toi-même, et plus tu dis ce que tu aimes ou pas. Et bien on t’accepte ! Ça peut paraître incroyable pour certains mais c’est vrai.

En plus on y gagne beaucoup. Cette fois ci on a des vrais amis, avec de vrais centres d’intérêts communs ou pas d’ailleurs. Mais qui s’intéresse à ce que tu es toi, et pas le clone de la grande asperge brune (ou blonde au choix) rebelle (du bac à sable) « cool » de ta terminale ou de ta promo.

En plus de se mentir à soi-même, on ment aux autres. Le jour où vous en aurez marre d’avoir un masque, ces personnes ne comprendront pas et vous demanderons de « redevenir comme avant ».

Pour ma part j’ai commencé ce processus, « d’être soi même » réellement, l’an dernier, en septembre justement. Quand je vous disais que je prenais mes résolutions en septembre, ce n’était pas une blague. Et pour la première fois depuis très très longtemps, je me suis senti tellement bien. C’est réellement libérateur. Je ne peux que vous conseillez de le faire, ou du moins essayer.

Et puis on se rend compte qu’on est pas seul. Que certaines personnes n’aiment pas se mettre complètement mal en soirée. Qu’on peut avoir des discussions variées, intéressantes, apprendre de nouvelles choses.

C’est vrai, on a qu’une vie comme on dit, pourquoi passer son temps à mentir ? La seule personne avec qui vous êtes sur à 100% de vivre toute votre vie, c’est vous-même. Alors aimez vous un peu plus, aimez ce que vous faites un peu plus, et aimez ceux qui vous accepte comme vous êtes encore plus.

Ce n’est pas si difficile quand on essayer petit à petit, assumer ses idées, sa façon de faire, ou à dire non. J’espère que cet article vous aura aidé, ou inspiré. N’hésitez pas à réagir sous l’article et partager votre expérience, ça m’intéresse 🙂 . Bon weekend à tous.

 

2 J'aime

Previous Post

2 Comments

  • kettlenrose

    Bonsoir Jeanne,
    C’est très intéressant comme sujet. Je te trouve courageuse d’aborder un sujet comme celui-ci. Être soi, c’est le but de la vie je pense car çà veut dire s’épanouir. Je n’ai pas eu le même parcours que toi, je suis toujours restée moi-même mais c’est fou comme « ceux qui suivent la masse » rejette ceux qui suivent leur propre coeur. Dans la quête de soi on peut perdre beaucoup de (faux) amis en route, mais quelle joie d’être entouré de gens qui vous aiment sans condition dans le bon et le mauvais. Bonne route dans ce beau processus.
    Bisous

    8 octobre 2017 at 20 h 42 min Reply
  • Thomas

    Paulo Coelho a dit  » Les rencontres les plus importantes ont été préparées par les âmes avant même que les corps ne se voient. » Donc si tu es toi même, oui, tu fais et tu continueras de faire de belles rencontres.
    Il ne faut pas avoir peur d’être différent, il faut avoir peur de ne pas vivre et de se contenter d’exister ( Oscar Wilde )

    8 octobre 2017 at 21 h 28 min Reply
  • Leave a Reply

    You may also like